Mouvements occulaires

LA THÉRAPIE PAR LES MOUVEMENTS OCULAIRES  IMO  est similaire a l'EMDR  (Eye Movement Desensitization and Reprocessing  soit en français Mouvement des yeux Désensibilisation et retraitement de l'information.

La pratique étant réglementée cette technique ne peut être utilisée que par des professionnel de santé mentale habilité à pratiquer la psychothérapie en France. 

 

Au premier regard, cette technique paraît d'une simplicité surprenante, mais elle s'appuie sur un protocole précis et rigoureux. Dans ce cadre bien défini, patient et thérapeute bénéficient d'une grande liberté où peuvent s'exprimer lâcher-prise et confiance, activant le processus d'auto guérison.

L’avantage d'une séance de mouvements oculaire réside dans la rapidité et l’efficacité du traitement en effet, une séance de mouvements oculaires permet de dissoudre des troubles qu’aucune thérapie n’avait pu guérir depuis des années.

Quelles pathologies soulage t-on ainsi ?

 En premier lieu, le stress post-traumatique, qui fait beaucoup plus de dégâts qu’on ne croit et débouche sur des pathologies les plus diverses,aussi bien psychiques et comportementales.

La maltraitance physique ou sexuelle. L'anxiété peut s'intégrer dans cette approche avec d'autres techniques telles que l'hypnose. Les résultats obtenus sont constants et durables.

Comment se déroule une séance ?

Pendant les séances, au moment des périodes de stimulation double, le thérapeute demande au sujet de se représenter l'événement à l'origine du problème et de maintenir sa concentration. La représentation peut être visuelle,émotionnelle, cognitive ou physique.
Elle peut comporter un dialogue sur les perceptions, les émotions et les sensations liées à cet événement, mais pas nécessairement. Ces échanges sont similaires à ceux d'un grand nombre de psychothérapies, à la différence qu'on entre moins dans les détails et que le sujet est constamment invité à évaluer son degré d'inconfort. 
A certains moments, pendant le processus, tandis que le sujet replonge intensément dans ses émotions stressantes, le thérapeute interrompt périodiquement l'expérience pour provoquer une stimulation sensorielle  comme déplacer rapidement ses doigts devant le visage de  la personne. Cette dernière doit alors les suivre des yeux tout en gardant la tête fixe. 

Le mouvement rythmique des deux yeux serait équivalent à celui qui a lieu spontanément pendant les rêves (la phase de sommeil dite rapid eye movement ou REM. Cette stimulation se répercuterait de manière complexe dans le cerveau, plus précisément dans sa partie la plus ancienne (dans l'évolution humaine) qu'on appelle cerveau limbique ou cerveau émotionnel. Le thérapeute soumet le sujet à un stimulus sensoriel, touchant les deux côtés du corps. Il peut s'agir de mouvements devant les yeux, de sons de chaque côté de la tête ou de tapotements sur les deux bras. Puis le processus reprend, et ainsi de suite plusieurs fois.

À l’heure actuelle, les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer le phénomène des mouvements oculaires Une des hypothèses, c’est que les mouvements des yeux observés durant le sommeil auraient la même fonction qu’à l'état diurne : se défendre et se protéger (prendre conscience du danger) et rechercher des informations vitales.  Quand nous rêvons (nous rêvons durant la phase de sommeil REM), les mouvements oculaires suivent sans doute nos visions oniriques qui s’accompagnent aussi probablement de sensations olfactives, kinesthésiques, auditives, etc.
(mais ces stimulations et sensations ne se traduisent pas par des phénomènes manifestes au contraire des yeux dont les mouvements sont visibles). Durant le sommeil paradoxal (ou sommeil REM pour Rapid Eye Movement), nous sommes « paralysés » (le système moteur est désactivé) mais toute notre sensorialité est en éveil (la vision mais également  l’odorat, nos sensations proprioceptives, etc.). Durant cette phase de sommeil, les informations diurnes sont « retraitées » pour être stockées dans notre mémoire à long terme. Ce retraitement de l’information se
fait certainement avec tous les organes de sens (et donc, pas uniquement les yeux). Ceci explique pourquoi la stimulation de chacun de nos sens peut être active dans la pratique des mouvements oculaires.